12 mars 2007

Matsuo Bashô

Paix du vieil étang.Une grenouille plongeBruit de l'eau. Sur l'éventailJe mets le vent venant du mont Fuji.Voilà le souvenir d'Edo. Matsuo Bashô
Posté par jpcarrier à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2007

Marguerite DURAS

Elle s'ennuyait, à crier. Et elle criait en effet qu'elle n'avait rien à penser tandis qu'elle attendait, réclamait avec l'impatience d'un enfant un remède immédiat à ce manque... Puis Lol cessa de se plaindre de quoi que ce soit. Elle cessa même petit à petit de parler... Elle ne parla que pour dire qu'il lui était impossible d'exprimer combien c'était ennuyeux et long, long d'être Lol V. Stein. Le Ravissement de Lol V. Stein
Posté par jpcarrier à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2006

Antoine POL

Les Passantes Je veux dédier ce poèmeA toutes les femmes qu'on aimePendant quelques instants secretsA celles qu'on connaît à peineQu'un destin différent entraîneEt qu'on ne retrouve jamais A celle qu'on voit apparaîtreUne seconde à sa fenêtreEt qui, preste, s'évanouitMais dont la svelte silhouetteEst si gracieuse et fluetteQu'on en demeure épanoui A la compagne de voyageDont les yeux, charmant paysageFont paraître court le cheminQu'on est seul, peut-être, à comprendreEt qu'on laisse pourtant descendreSans avoir effleuré sa... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2006

Jacques Prévert

BARBARA Rappelle-toi BarbaraIl pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-làEt tu marchais sourianteÉpanouie ravie ruisselanteSous la pluieRappelle-toi BarbaraIl pleuvait sans cesse sur BrestEt je t'ai croisée rue de SiamTu souriaisEt moi je souriais de mêmeRappelle-toi BarbaraToi que je ne connaissais pasToi qui ne me connaissais pasRappelle-toiRappelle-toi quand même ce jour-làN'oublie pasUn homme sous un porche s'abritaitEt il a crié ton nomBarbaraEt tu as couru vers lui sous la pluieRuisselante ravie épanouieEt tu t'es jetée dans... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 16:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 septembre 2006

Kafka

Lettre à Oskar PollakFranz Kafka27 janvier 1904traduction française :Oeuvres complètesLa Pléiade tome 3 Cher Oskar ! Tu m'as écrit une lettre charmante qui demandait, soit une réponse rapide, soit pas de réponse du tout ; quinze jours ont passé depuis sans que je t'aie écrit, ce serait impardonnable en soi si je n'avais des raisons. D'abord je ne voulais t'écrire que des choses bien pesées parce que ma réponse à cette lettre me paraissait plus importante que toutes les autres (malheureusement je ne l'ai pas fait) ; ensuite... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2006

Robert Desnos

Idéal Maîtresse Je m'étais attardé ce matin-là à brosser les dents d'un joli animal que, patiemment, j'apprivoise. C'est un caméléon. Cette aimable bête fuma, comme à l'ordinaire, quelques cigarettes, puis je partis. Dans l'escalier je la rencontrai. "Je mauve", me dit-elle, et tandis que moi-même je cristal à pleine ciel-je à son regard qui fleuve vers moi. Or il serrure et, maîtresse! Tu pitchpin qu'a joli vase je me chaise si les chemins tombeaux. L'escalier, toujours l'escalier qui bibliothèque et la foule au... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 14:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 septembre 2006

Philippe Meirieu

Il faut prendre le temps de raconter des histoires. De se déprendre, un moment, de l’agitation quotidienne. Il faut prendre le temps de raconter des histoires. De s’exposer à l’autre, de lui avouer, à demi mots, notre fragilité. D’hésiter. De s’emballer. De laisser s’échapper ces petits bouts d’humanité que nous cachons si bien. Il faut prendre le temps de raconter des histoires. De livrer ces morceaux de vie minuscules où les détails, tout à coup, font sens. De tenir dans sa main un fragment d’existence miniature plus étrange... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2006

Guillaume Apollinaire

Posté par jpcarrier à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2006

Paul Verlaine

Elle jouait avec sa chatte,Et c'était merveille de voirLa main blanche et la blanche patteS'ébattre dans l'ombre du soir.Elle cachait — la scélérate ! —Sous ces mitaines de fil noirSes meurtriers ongles d'agate,Coupants et clairs comme un rasoir.L'autre aussi faisait la sucréeEt rentrait sa griffe acérée,Mais le diable n'y perdait rien...Et dans le boudoir où, sonore,Tintait son rire aérien,Brillaient quatre points de phosphore.
Posté par jpcarrier à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2006

Marcel Duchamp

« Bête comme un peintre.Ce proverbe français remonte au moins au temps de la vie de Bohème de Murger, autour de 1880, et s'emploie toujours comme plaisanterie dans les discussions.Pourquoi l'artiste devrait-il être considéré comme moins intelligent que Monsieur tout-le-monde ?Serait-ce parce que son adresse technique est essentiellement manuelle et n'a pas de rapport immédiat avec l'intellect ?Quoi qu'il en soit, on tient généralement que le peintre n'a pas besoin d'une éducation particulière pour devenir un grand Artiste.Mais ces... [Lire la suite]
Posté par jpcarrier à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]